Les Produits Locaux

Les seniors donnent beaucoup d’importance aux signes de qualité qui figurent sur les produits. Les certifications sont pour eux des signes de confiance et ils sont disposés à payer plus cher un produit de meilleure qualité.
Il est important de s’adresser aux produits locaux chaque fois que possible.
Le contact avec les commerçants locaux qui sont le boulanger, le maraîcher, mais aussi les commerçants du marché le plus proche, sont toujours un moment apprécié.

La politique publique de l’alimentation est structurée autour de six axes :

1 – Faciliter l’accès de tous à une alimentation de qualité
2 – Améliorer l’offre alimentaire
3 – Améliorer la connaissance et l’information sur l’alimentation
4 – Préserver et promouvoir le patrimoine alimentaire culinaire français
5 – Innover et créer des connaissances pour des modèles alimentaires durables et de qualité
6 – Trouver une communication qui véhicule les valeurs « positives » de la nouvelle politique de l’alimentation

En savoir plus

  • Les SIQO (Signes d’Identification de la Qualité et de l’Origine) assurent la promotion et la reconnaissance de la qualité des denrées alimentaires.
  • Les mentions valorisantes mettent en exergue une caractéristique spécifique liée au mode de production du produit : « produit fermier », « produit de montagne », « produit pays »,  » issue d’une exploitation de haute valeur environnementale « 
  • Les démarches de certification de produits visent à normaliser un processus de fabrication d’un produit sous le contrôle d’un organisme certificateur (ex : la certification de conformité de produit).

(*) ce label est l’équivalent du label bio pour les produits européens
(**) ce label est l’équivalent européen de l’AOC

 

Les produits du terroir sont nombreux et sont à mettre en avant dans les traditions culinaires proposées. Ces produits sont souvent très riches et peuvent donner un sentiment de « culpabilité » par la richesse des plats réalisés. Pour éviter ce souci, les recettes proposées, tout en conservant les goûts, sont moins « riches » que celles utilisées à une époque où les dépenses énergétiques étaient plus importantes…

Il est possible de faire appel à des AMAP  (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne)  quand elles existent au niveau local.

Le principe des AMAP est simple : un producteur propose chaque semaine à un ensemble de consommateurs réunis en association un panier de produits dont la composition varie en fonction de la production et de ses éventuelles irrégularités.

« C’est le producteur qui décide du contenu, sur la base d’un accord avec les consommateurs pour la mise en culture. Il s’agit la plupart du temps de légumes, bien qu’il existe des AMAP avec d’autres types de produits. Les consommateurs s’engagent à acheter le panier pour toute une saison avec un système de prépaiement garantissant au producteur à la fois l’écoulement de sa production ainsi que la trésorerie. En contrepartie, le producteur garantit la fraîcheur des produits ainsi que leur mode de production. L ‘engagement des consommateurs se poursuit dans l’animation de l’association, et éventuellement d’autres activités. » (Extrait de l’ouvrage Les circuits courts alimentaires, page 73. Bien manger dans les territoires – Coordination Gilles Maréchal).

Un nouveau « métier » serait émergent pour rapprocher les producteurs locaux et les consommateurs… En savoir plus

Ce contenu a été publié dans Acheter les produits. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.