Les repères > 

Manger

Manger


Manger est indispensable à la vie, comme il est indispensable de respirer.
Manger se produit plusieurs fois par jour et nécessite, en sus de l’aspect préparation du repas, de pouvoir mastiquer correctement, puis avaler… C’est un travail quotidien dont nous ne nous rendons pas compte pour avaler la salive par exemple…

Nous avons besoin de manger pour apporter de l’énergie et compenser les dépenses énergétiques que réalise le corps humain. Même au repos, nous avons des dépenses énergétiques qui correspondent à l’énergie dépensée pour faire fonctionner les organes vitaux, cela correspond au métabolisme de base…
Par exemple, plus nous aurons une activité physique, plus nous aurons de dépenses, plus nous devrons compenser par l’augmentation des apports nutritionnels.
Le repas gastronomique des Français est inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’humanité.
Il faut souligner cette part culturelle majeure que représente le repas dans notre population. Il faut en conserver l’existence et le rythme pour assurer des repères dans le temps et des occasions de convivialité.

Cela implique :

  • de garder l’habitude de faire, selon l’âge et les conditions de vie, 3 ou 4 repas ou collations par jour ;
  • de ne pas sauter régulièrement de repas. Ce qui permet entre autres, d’éviter le grignotage, généralement riche en produits très énergétiques, destinés à calmer une faim immédiate, mais le plus souvent pauvre en nutriments indispensables, tels que protéines, acides gras essentiels, fibres, vitamines et minéraux…

Quelques explications pratiques…

Par commodité, on continue à employer le terme de calorie. Pourtant, l’unité officielle pour exprimer la valeur énergétique des aliments est le kilojoule (kj)

1 kcal = 4,185 kj

  • Une calorie est une unité de mesure pour exprimer la valeur énergétique des aliments.
  • On exprime le plus souvent en kilocalorie (kcal) cette valeur énergétique d’un aliment
  • Un gramme de glucide (sucre) = 4 kcal.
  • Un gramme de protéine (animale ou végétale) = 4 kcal
  • Un gramme de lipide (gras) = 9 kcal

Attention : Il n’existe pas d’aliment « parfait » réunissant tout ce dont nous aurions besoin, ni de « mauvais » aliments à bannir à tout prix… d’où la nécessité de manger de tout modérément, seul moyen d’obtenir la variété nécessaire et le plaisir de manger.
Qu’est-ce qu’un bon produit ? C’est celui qui est « bon » pour la santé, mais aussi bon pour le moral car apprécié de temps en temps…
Les aliments sont transformés en « nutriments » au sein de l’organisme (au moment de la digestion). Ils nous apportent le nécessaire pour couvrir nos besoins.

2 catégories :

1 – « Les macronutriments » :

  • Les glucides « lents » dits complexes (pain, pomme de terre, riz, pâtes, légumes secs…) et les glucides « rapides » dits simples apportés par les fruits et les produits sucrés (gâteaux, bonbons…)
  • Les protides (viandes, poissons, œufs, produits laitiers, légumes secs)
  • Les lipides (huile, beurre, lipides « cachés » dans les charcuteries, le fromage…)

2 – « Les micronutriments » :

Vitamines et Minéraux, plus connus dans les fruits et légumes, mais aussi très présents dans la viande, le poisson, les œufs, les produits laitiers, les produits céréaliers et les matières grasses.

Les vitamines doivent être apportées par l’alimentation.
La distribution des vitamines varie beaucoup d’un aliment à l’autre et il serait illusoire de vouloir se focaliser sur tel ou tel aliment pour assurer la quantité nécessaire.

 

L’équilibre alimentaire :

L’homme est un omnivore et l’équilibre alimentaire repose sur la variété : il s’agit de puiser chaque jour dans chacun des principaux groupes d’aliments.

MangerFréquenceDeConsommation

1. Le glucose est l’unité de base essentielle et la plus simple des glucides. Le passage dans le sang du glucose venant des aliments riches en glucides complexes se fait plus lentement que dans le cas de la plupart des glucides simples; L’index glycémique permet de classer les aliments glucidiques en fonction de leur capacité à élever la glycémie après leur ingestion.

2. Les lipides sont les constituants principaux des membranes cellulaires, du tissu nerveux (70 %) et des réserves d’énergie (12 à 15 % chez l’homme, 15 à 20 % chez la femme).
On les trouve dans les graisses animales et végétales. Les acides gras dits oméga 3 et 6 sont indispensables à la vie . Ce sont des acides gras non synthétisables par l’organisme et, à ce titre, ils sont donc appelés « essentiels » et nécessitent un apport alimentaire Seuls les graisses végétales et les poissons apportent ces acides gras essentiels. Et seuls les produits de la mer et l’oeuf peuvent apporter les dérivés longs favorables au fonctionnement du cerveau et que les poissons ou la poule « fabriquent » pour nous.
Les graisses ajoutées doivent être préférentiellement d’origine végétale : huiles de colza, noix, olive

 

 

3. Les protéines contiennent l’azote indispensable à la constitution, au renouvellement (50 % en 90 jours) et au fonctionnement des cellules et des tissus en général. Elles sont toutes constituées à partir d’une vingtaine d’unités de base, appelées acides aminés. Il existe 20 acides aminés différents, dont 8 sont peu ou non synthétisés par l’organisme humain.

Ils sont aussi appelés indispensables ou essentiels.

En consommant des aliments de chaque catégorie, les apports alimentaires s’équilibrent d’eux– mêmes.

Pour avoir un apport équilibré en acides aminés essentiels (apportés par l’alimentation), il suffit de consommer des produits d’origine animale (viande, poisson, oeufs, produits laitiers) et d’origine végétale (légumineuses, céréales).

Il existe aussi des complémentarités entre les protéines végétales (légumineuses, céréales ) dont ce tableau est un exemple .

Produits laitiers
Viandes - Poissons - Oeufs
Pain, céréales…
Légumes et fruits
Matières grasses
Produits sucrés